article du « Monde » sur le meurtre d’une psychologue à Paris par un de ses patients schizophrène

Après cinq ans de thérapie, il tue sa psy

LE MONDE | 04.10.2012 à 11h34 • Mis à jour le 04.10.2012 à 14h12

Par Raphaëlle Bacqué

C’est une de ces tragédies rares que la presse peine souvent à retracer. Parce que s’y mêlent la douleur humaine, le secret médical et les difficultés de la justiceà trancher entre la responsabilité et la folie. Parce qu’elle raconte la confrontation ordinaire de milieux universitaires, médicaux, « psy », à la dérive mentale d’un jeune homme devenu meurtrier. Parce que ni les professeurs, ni les soignants, ni les proches, ni les familles ne veulent témoigner à visage découvert et qu’il faut se contenter d’initiales ou de simples prénoms. Cette histoire s’est passée à la fin de l’été, le 29 août, en plein Paris.

nom du schizophrène meurtrier : Yvéric G.
– Fils de médecins réputés
– ancien élève du lycée Henri-IV
– étudiant en licence d’économie, sociologie et sciences politiques à Paris-Dauphine
– « Professeurs, étudiants, on ne pouvait pas ne pas voir qu’Yvéric avait manifestement trop bu et sentait l’alcool »
Il fume aussi beaucoup, des cigarettes et souvent du cannabis.
– le jeune homme a été hospitalisé deux mois en septembre 2008 dans une clinique psychiatrique d’Epinay-sur-Seine, période au cours de laquelle un diagnostic de schizophrénie semble avoir été posé
– il a de nouveau dû être pris en charge dans une unité psychiatrique hospitalière au début de l’année 2012.
– il suit un traitement neuroleptique à base d’aripiprazole (nom de la molécule)/abilify (nom commercial), une molécule de dernière génération
– « délire mystique »
– « désir de confrontation paranoïaque »

– le médecin qui l’a examiné, lors du prolongement de sa garde à vue, a préconisé son placement en unité psychiatrique à l’hôpital Sainte-Anne

nom de la psychologue tuée : Agnès D.
– elle avait un DESS en psychologie obtenu à la faculté de Nanterre dans les années 1980
– elle a suivi une analyse par un psychanalyste

Selon l’Observatoire national des violences en milieu de santé, les cas d’agression dans les cabinets en ville sont rarissimes, alors qu’un quart des manifestations de violence envers les personnels de santé ont eu lieu l’année dernière dans desservices de psychiatrie hospitalière.

article complet sur www.lemonde.fr.

vidéo de l’émission « Allo docteur » sur France 5 sur la schizophrénie avec un psychiatre invité et un schizophrène qui témoigne

émission « Allo docteur » du 22 octobre 2012 sur la schizophrénie

LES INVITÉS
– Professeur Christophe Lançon, psychiatre à l’hôpital Sainte-Marguerite de Marseille

– un schizophrène stabilisé qui entend des voix
– sa maman

tchat d' »Allo docteur » avec un psychiatre et un(e) psychologue

vikazo a demandé :
pour un schizophrène qui a déjà fait une TS, qui est suivi mais qui se sent mal, triste, dépassé, l hospitalisation peut elle etre une solution?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
il vaut mieux en parler avec votre medecin et voir avec lui ce qu’il peut vous proposer ,pas forcement une hospitalisation

cerise-amarena a demandé :
Bonjour, je déplore que personne n aide les conjoints de personnes schizophrènes, car c est très dur à gérer au quotidien. J ai une question : comment savoir quelle attitude doit-on avoir avec eux ? j ai souvent l impression de me battre contre un mur. merci.
Dominique Willard, psychologue a répondu :
Demander au médecin ou à 1 association si 1 groupe profamille existe dans votre région,ily a une cinquantaine de groupesProfamille en France

peg85 a demandé :
Bonjour, La schizophrénie est-elle génétique et/ou héréditaire ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
les 2

Aggale a demandé :
Est-ce que la maladie peut se diagnostiquer dans l enfance (5 ans)? Si oui comment aider l enfant?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
la maladie ne peut se diagnostiquer à 5 ans .. on peut aider les enfnats avec un soutien psychologique ce qui evite chez bcp de devenir malade

Manuelbord a demandé :
Bonjour, Mes psychiatres m ont prescrit des antipsychotiques et un suivi à vie sans jamais me dire si j avais une personnalité de type psychotique, est ce fréquent, qu en penser?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
il faut absolument demander à vos médecins l’objectif de ce traitement et pour quelle maladies il vous soignent

Lyan a demandé :
J ai un trouble de la personnalité schizoïde. Est ce que je risque de devenir schizophrène ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
non pas forcement

ozt59 a demandé :
j ai simuler j ai fait semblant d entendre des voix suis je skyzophrene
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
les voix ne sont pas les seules manifestations de la maladie parlez en avec votre medecin

SpeedNurse a demandé :
Qu est-ce que l ambivalence quand on parle des mères de schizophrènes ? La famille peut-elle être la cause de la maladie ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
non la famille n’est pas la cause de la maladie les meres ne sont pas resposnbales l’ambivalence c’est un mot de psy qui n’est pas joli

brutus12 a demandé :
echec du risperdal zyprexa leponex les hallucinations auditives sont toujours présentes d ou une difficulté de concentration quel alternative?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
TMS, risperdal, olian, abilify, xeroquel remediation cognitive

Beni a demandé :
Pourkoi les schizo font souvent des suicides comme les depressifs ??? Merci
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
parcequ’ils souffrent souvent de depression en plus de la schizophrénie

cricri31 a demandé :
Mon fils est traité par Leponex depuis 5 ans (traitement de dernière intention shizophrénie résistante) ; en juillet 2012 il a fait une crise d épilepsie pour laquelle il est traité par Dépakine; Nous constatons à ce jour d importants progrès dans son comportement. Peut on penser à une relation schizophrénie épilepsie
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est surtout un effet secondaire du leponex . quand on prescrit le leponex il faut surveiller l’electroencephalogramme et doser le leponex dans le sang

mameico a demandé :
J ai un frère schizophrène . J attends un enfant, comment puis-je prévenir la maladie chez mon enfant?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
le risque est faible de l’ordre de 2 fois plus , la prévalence étant de 1%

vinc a demandé :
Bonjour, mon papa est schizophrène, moi non mais est-ce que mes enfants peuvent le devenir? Peuvent il être plus fragile problèmes de la vie? Merci
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
peu de risques pour vos enfants

Louis33300 a demandé :
Bonjour, j ai été diagnostiqué schizophrène par mon psychiatre et ma psychanalyste mais je n ai aucun trouble allucinatoire. Comment est-ce possible ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
il y a plusieurs formesde schizophrénie

Laure40 a demandé :
Pensez-vous qu une suivi en psychomotricité puisse être bénéfique dans le cadre d une prise en charge de la schizophrénie ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
tout ce qui vous permet de vous sentir bien dans votre peau est tres utile

Florence a demandé :
une psychologue qui voit une enfant de 6 ans peut-elle diagnostiquer une schizophrénie et orienter vers un psychiatre si besoin?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
a 6 ans on ne souffre pas de schizophrénie .. le suivi par une psy peut empecher de le devenir

jocelinetta a demandé :
comment fait-on pour faire admettre à un jeune homme de 23ans diagnostiqué schizophrène qu il est malade et qu il nie la maladie en disant qu il a des voix réelles ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
contactez un groupe Profamille

sylvie13 a demandé :
Bonjour mon fils de 19 ans a fait en juillet 2010 une bda suite a l usage de canabis il a pris pendant 6 mois abilify 10g mais l a arreté de son propre chef il a été suivi pendant 6 mois avec le dr boulanger a marseille. aujourd hui il a lair d aller miieux mais il a arreté ses études et ne cherche pas pour autant a travailler il est tte la journée sur un ordi avec des jeux video que puis je fair
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
lui conseiller de revoir un psy et de faire une bilan

gigi31 a demandé :
si c est le canabis qui a déclenché la schizophrénie est ce que le fait d arreter d en consommer permet de guérir cette maladie.
Dominique Willard, psychologue a répondu :
important d’arreter d’en consommer et de voir l’évolution

Domipointis a demandé :
A 17 ans, mon fils a fait un épisode dit à l époque bouffée délirante et a été diagnostiqué schizophrène. 4 ans plus tard, il vient d être ré hospitalisé pour revoir son traitement et ressort avec un nouveau diagnostic. Il aurait fait un épisode maniaque et serait bipolaire. Effectivement, il n a jamais eu d hallucination. Mon comportement doit-il changer? Ce diagnostic sera t il définitif?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
face à une bouffée délirante on peut effectivement penser à la schizophrénie au trouble bipolaire il faut surement rejoindre des groupes d’education à la maladie bipolaire ; allez sur le site de la fondation fondamentale vous aurez la liste

cathouche a demandé :
Bonjour, mon fils de 42 ans n a jamais voulu consulter car il ne se sent pas malade, pourtant il l est. J ai rencontré des médecins (st anne) et de psy pour me conforté dans ce que je craignais, mais mon fils, lui, se dit normal, ce sont les autres qui ne le sont pas. Que faire, c est un adulte et non un enfant que l on peut mener chez le medecin sans difficulté
Dominique Willard, psychologue a répondu :
contactez sainte Anne ,un groupe ProFamille est en place

JazzThings a demandé :
Bonjour, Je suis schizo. Je vais bien dans ma vie car très sérieux dans mon traitement. Je déplore par contre le regard biaisé de la société en général sur cette maladie. Je suis complètement décomplexé par rapport à ma patho, mais lorsque je tente de l expliquer à mon entourage, j ai l impression qu ils entendent maniaque ou dangereux , ou fou .
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
je comprends l’image de la société sur la schizo est effrayante !!! il faut tenter d’en parler

brutus12 a demandé :
qu est ce que la remédiation cognitive
Dominique Willard, psychologue a répondu :
la remediation cognive permet d’améliorer les troubles cognitifs liés à la maladie

PSEUDO70 a demandé :
Pourquoi le traitement par injection fait-il autant dormir ? Y a t il une amélioration au bout d un certain temps (injections depuis 2 mois environ) ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
si vous dormez bcp c’est que le traitmeent est trop fort parlez en à votre medecin il doit trouver une solution

moi-mem a demandé :
bonjour je suis schizophrene non diagnostiqué, car je ne veut pas prendre de medicaments.. quelles alternatives?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
un suivi avec un psy ??

Sandychou a demandé :
le groupe profamille ça marche aussi pour les amis (je ne suis pas parent seulement amie)?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
oui ça marche pour tous les aidants

sawsen aylie a demandé :
bjr qu elle neuroleptique peut on donner a un schizophrene merci
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
de nombreux : le spricnipaux abilify risperdal solian zyprexa leponex xeroquel …

solenaomi a demandé :
pourquoi un schizo de mon entourage n a t il pas une cs hebdomadaire et non pas épisodique chez un spécialiste? la maladie est elle accompagnée de signes au niveau de l électro encéphalogr?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
il est mieux d’avoir une suivi tres regulier et un bilan de santé au moins une à deux fois par an

Velcane a demandé :
Un psychiatre peut il cacher le diagnostic d une schizophrénie à sa femme ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
j’espère que non !!! mais !!!

cerise-amarena a demandé :
les personnes schizophrènes cumulent-elles souvent alcool + canabis avec le traitement mis en place par risperdal par exemple ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
dans 50% des cas

Betisse a demandé :
Bonjour, je suis effondrée suite à cette émission. Notre fils âgé de 22 ans s est donné la mort il y a tout juste un an, il ne supportait pas sa maladie. Si nous avions été soutenus peut-être aurions nous pu l aider et empêcher ce drame. Courage à toutes les personnes concernées.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
je vous comprends c’est affreux

cleo33 a demandé :
Après 5 hospitalisations, ma fille(35ans), schizophrene, refuse tout suivi depuis 7 ans et a donc perdu l AAH.En dehors de moi qui hahite à 120km, ele ne vois personne. Comment l amener aux soins?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
a t elle un médecin generaliste ??

Mariecapucine a demandé :
Bonjour, mon fils 19 ans schizophrène a un comportement difficile depuis sa naissance.Y a t il un rapport avec sa maladie ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
parfois c’est possible

pyou a demandé :
Mon fils 17 ans diagnostiqué autiste haut niveau présente depuis juillet des délires et des hallucinations.A été mis sous risperdal mais a toujours des mauvaises images dans la tête et parfois des hallucinations.Peut il présenter une schizophrénie en plus de son autisme.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
oui c’est possible

kikine123 a demandé :
je viens de lire les questions réponses, ça répond à beaucoup de mes questions car ma fille c est pareil, elle ne fait rien de sa journée, 10 ans que ça dure, la communication est rompue, nous ne savons plus comment nous comporter avec elle, on a tout essayé, on croit qu elle comprend… et non, ça ne dure pas
Dominique Willard, psychologue a répondu :
contactez les associations comme l’UNAFAM et demandez si un groupe ProFamille se tient dans votre région

Sandychou a demandé :
quelle diférence entre bi-polaire et schizo. La mère de mon ami se cache derriere la bipolarité de son fils (ça semble moins l effrayer, est ce l aider?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
le trouble bipolaire c’est la présence de dépression qui se repetent avec parfois des episodes d’excitaiton (manie)

oumia a demandé :
Quand on est atteint d schizophrènie l est on à vie?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
oui

micado30 a demandé :
Bonjour, je souffre d un trouble schizo-affectif qui est une maladie très proche, aussi les médicaments utile a la schizophrenie le sont ils aussi pour ma maladie ou est ce des médicaments complètements a part? (je me permet d intervenir ici parce qu il n y a jamais aucune émission pour mon cas…)
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
le trouble schizo affectif est un melange de schizophrénie et de trouble bipolaire vous pouvez beneficier des traitemnts de ces deux troubles

artigue a demandé :
Mon fils à de gros problèmes de santé, il ne veut pas se soigner. Il est sous curatelle renforcée, et à ce jour il est SDF, sans toit, ni argent. Il est très agressif, et aucune discussion n est possible. J ai déja fait appel au samu, aux gendarme, au médecin de famille, mais personne ne veut m aider, car lorsqu il arrive, mon fils n est plus en crise de violence.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
ecrivez au procureur de la république

soltendresse a demandé :
Que faire mon fils a rechuter depuis 10 jours ,il et chez lui sans sortir avec son chien qu il ne sort pas ,l appart et un vrai champ de bataille,et mon fils couché sans cesse,tout tel fermé depuis 10 jours
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
demandez a son médecin de venir le voir

tricelow a demandé :
ou puis je trouver la liste de groupe profamille ? Je suis à Clermont ferrand
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
allez sur le site profamille sur internet a clermont ferrand demandez ds le service du pr llorca

Chonchon2012 a demandé :
Bjr, je trouve la famille bien demunie face à la schizophrénie, je trouve très intéressant l initiative d apprendre aux parents à communiquernautrement, savez vous s il existe ce genre de formation en belgique? Merci
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
oui cela existe en belgique allez sur le site profamille

13soleil13 a demandé :
La famille a souvent été tenue pour responsable dans cette maladie… Qu en est-il ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
LA FAMILLE N EST PAS RESPONSABLE

Louis33300 a demandé :
S il y a plusieurs formes de schizophrénie, pourquoi parle t-on toujours de celles avec des troubles allucinatoires dans les médias ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
surement parceque c’est celle qui « passe » le mieux à la tv …. desole

oumia a demandé :
ma soeur est malade depuis ces 14 ans et elle a maintenant 29 ans et depuis le médecin n a jamais changé son traitement alors qu elle n est pas du tout bien.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
faut demander d’autres avis

rupt a demandé :
la maladie est-elle compatible avec la prise en charge d un enfant si les troubles sont pas trop invalidants
Dominique Willard, psychologue a répondu :
OUI SI LA PERSONNE MALADE EST STABILISEE et bien entourée

spacky a demandé :
j ai une fille schizophrene qui est soignée depuis 1998, je ne me suis jamais fait aidée, pourriez-vous m indiquer des adresse d associations pour pouvoir en parler, et me donner quelques solutions, à savoir me comporter avec ellle, merci
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
allez aussi sur le site de l’association fondamental vous aurez les adreses de site de reference sur la schizophrneie

wonderland a demandé :
une guérisson est elle possible?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
oui

Veilleur a demandé :
Bonjour,je me suis auto diagnostiquer a l age de 10-11 ans, j ai lutter contre moi meme jusqu ici, aujopurd hui a 37 ans je sens bien que je perd le controle, changement etat emotionnel instantane palpitation et desirs sombres. je suis pere de famille et j ai peur de moi meme ya t il un n° d ecoute telephonique ? n en douter pas et si vous pouvez intervenir pour m aider faite le ! merci
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
allez ds un centre de reference (liste sur site fondamental)

VotreAmieLeslie a demandé :
Pourquoi un enfant ne peut il pas être schizophrène?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est exceptionnel le plus souvent cela debute à l’age adulte

PapyJL a demandé :
Vous n avez pas parlé lors de l émission des hallucinations olphatiques, visuelles. Comment ce fait-il que certains jours (1 sur 7 ou 8), tout est normal?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
effectivement on peut avoir différents types d’hallucinations ou pas

emily76E a demandé :
bonjour es ce que l epilepsie pourrait avoir un lien avec la schizophrenie ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
à priori non mais les recherches doivent continuer

soltendresse a demandé :
le medecin se deplace pas ici a besancon,j ai demandé
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
le médecin de famille ?? sos médecin ???

paxpeace a demandé :
BIEN STABILISE AU RISPERDAL MON FILS A UNE SEULE ACTIVITE,LES ECHECS,très peu de contacts.Faut-il le laisser tranquille comme il le demande? IL refuse toute suggestion.
Dominique Willard, psychologue a répondu :
il faut l’aider à avoir d’autres activités,c’est le mauvais fonctionnement du cortex prefrontal qui fait qu’il a 1 deficit de l’initiative de l’action renseignez vous si 1 groupe Profamille existe dans votre région pour vous aider à mieux communiquer avec votre fils

sawsen aylie a demandé :
bjr est ce ke la schizophrenie est héréditaire
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
pas héréditaire mais il y a des facteurs genetiques qui expliquent 30 % de la maladie ; donc ce n’est pas le ou les gènes qui donnent la maladie

SpeedNurse a demandé :
Les thérapies comme l hypnose, la PNL, les TCC peuvent-elles aider un schizophrène ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
les TCC peuvent aider un schizophrene en plus du traitement biologique

kinousse a demandé :
ma fille de 36 ans,schizophrène, 3 enfants, vit avec un pervers narcissique et a coupé tout contact avec nous. Existe-t-il un réseau profamille, près de compiègne, pour nous permettre de renouer le dialogue et préserver nos petites filles. Marci d avance de votre réponse. Cldt
Dominique Willard, psychologue a répondu :
A Paris

PSEUDO70 a demandé :
Le fils de mon amie a été diagnostiqué schizophrène il y à 2 mois (bouffées délirantes l année dernière, traitement stoppé puis rechute). Le traitement se résume à la prise de médicament par injection et suivi psy rapide au CMP. Pourquoi l équipe médicale qui assure le suivi estime prématuré l aide d un psychanalyste ou psychologue ? Une psychothérapie en parallèle pourrait être bénéfique ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est toujours bénéfique (le suivi psychologique, la psychanalyse bof)si la personne en a envie et si les professionnels communiquent entre

Stella Cassiopée a demandé :
Faut-il avoir peur des schizophrènes ???
Dominique Willard, psychologue a répondu :
Non il n’y a aucune raison d’avoir peur

cerise-amarena a demandé :
Pourquoi certains médecins généralistes donnent un traitement sans donner le nom de la maladie à son patient ??
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
ils ont tords

fa6l a demandé :
quels sont dans le temps les risques liés à une prise de leponnex ???
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
si la surveillance est reguliere et attentive tres faible

Stella Cassiopée a demandé :
Comment reconnaitre un quidam lambda schizophrène en crise dans la rue ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
il est bizarre se parle tout seul

oumia a demandé :
Cette maladie peut elle déclenché par un choc brutal (un viol)
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
oui

robiot a demandé :
Ma fille de 28 ans est shyzophrène et souhaiterait avoir un enfant. Que doit-elle faire au niveau de son traitement ? Quels sont les risques pour le foetus avec le traitement ? Que lui conseillez-vous ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
avoir un enfant c’est possible en parler avec son psy et les obstétriciens

artigue a demandé :
ou puis je trouver la liste de groupe profamille ? Je suis de Villedieu les Poêles dans la manche (50)
Dominique Willard, psychologue a répondu :
contactez l’hopital et l’UNAFAM pour leur demander l’adresse

cerise-amarena a demandé :
les schizophrènes refusent-ils tous le contact du corps ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
non

sylvie13 a demandé :
mais que faire si l ado ne veut plus consulter?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
qui peut lui parler ? des amis ???

VotreAmieLeslie a demandé :
La psychanalyse peut elle aider une personne schizophrène?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
pas souvent

sawsen aylie a demandé :
slt est ce ke une psychotherapie peut aidé un schizophrene
Dominique Willard, psychologue a répondu :
oui en plus d’une prise en charge pharmacologique

Sandychou a demandé :
mon ami est livré à lui même, régulièrement relaché (on a besoin du lit)ou s échappant de l hopital psy, quand ce ne sont pas des petits séjours en prisons (délits mineurs). Personne pour surveiller ça… Il est dangereux pour lui comme pour les autre (malgrés qu il n y est aucune mechanceté ni envie de nuire dans ses agissements). Pourquoi aucune autorité ne s en occupe?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
ecrire aux procureurs de la republique !!!!!!

ozt59 a demandé :
quand il y a une expertise l expert doit t-il etre independant
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est mieux

JM ARCHIREL a demandé :
En tant que parents de skizophrene, je voudrai savoir quels sont les associations ou organismes pouvant nous aider ou nous conseiller ? Merci
Dominique Willard, psychologue a répondu :
UNAFAM,SCHIZO?OUI!

Veilleur a demandé :
j ai pas les moyens financier et encore moin la volonter sincerement merci. voila comment on ce retrouve seul.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
les moyens financiers de quoi ???

Melanieloukoom a demandé :
Sur quel site peut on aller pour avoir une information compléte et juste sur la scizophrénie?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
site de santé mentale au quebec !!!!

soltendresse a demandé :
AUX etat unis sont t ils plus avancés que chez nous?pour cette maladie?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
non nous sommes aussi bons

infirmier13 a demandé :
comment aborder une pathologie chronique comme le diabète avec un patient schizophrène?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est une question majeure … il faut trouver un médecin qui s’occupe des deux !!!! pas facile je sais

harz50 a demandé :
Est ce que la schizophrénie est héréditaire ?
Modérateur Allodocteurs.fr a répondu :
Un spécialiste a déjà répondu à cette question. Merci de consulter les réponses du ch@t.

oumia a demandé :
Une personne atteinte de schizophrénie peut elle aller à l école et suivre normalement des cours
Dominique Willard, psychologue a répondu :
oui si elle est stabilisée la remediation cognitive peut l’aider si elle est en difficulté

Pierre123 a demandé :
Mon fils âgé de 37 ans a été diagnostiqué schizophrène depuis un an. Par contre il n’entend pas des voies mais il croit qu’il est poursuivi et penses que des gens cherchent à l’empoisonner Il est aussi dans le déni de sa maladie. I l a pris successivement du Risperdal, Haldol, Abilify et maintenant Xeroquel mais il n’y a pas vraiment d’amélioration Que puis je faire
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
ce que vous decrivez sont aussi des manifestations de la schizophrénie il faut adapter les traitements ++ demande d’autres avis

VotreAmieLeslie a demandé :
L UNAFAM peut aussi être aidant il me semble, qu en pensez vous?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
oui mais profamille c’est apprendre à « gérer » la maladie …

hypercrate a demandé :
Il est vraiment regrettable que l on n ait pas beaucoup évoqué le rétablissement du malade par la remédiation psychique: remédiation cognitive, rétablissement des aptitudes sociales. Peut-être le malade présent avec sa mère n en avait pas besoin, mais ce n est pas le cas général
Dominique Willard, psychologue a répondu :
c(est bien sur tres important on ne peut pas tout dire en 30 mn

danyflor a demandé :
depuis 20 ans j entends des voix le plus souvent positives à mon égard, je pense être surveillée mais sans aucune peur, s agit-il de schizophénie ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est tout à fait possible arrivez vous a faire ce que vous voulez ds la vie ?

gigi31 a demandé :
Vous avez répondu une fois OUI et une fois NOn à la question peut on guérir de la shizophrénie??
Dominique Willard, psychologue a répondu :
on ne guérit pas meme si on a plus aucun signe

Naht a demandé :
Est-ce que des troubles de l humeur (dixit un psychiatre) traité par abilify peuvent déboucher un jour sur de la schizophrénie ? Pourquoi en France ne s occupe t-on pas des parents quand il y a ce type de maladie ? Aucun conseil, aucun accompagnement ! la détresse des familles n est pas prise en charge et l on ne s occupe que du patient ! On a trop souvent l impression d être coupable de la sit
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
je comprends votre situation est effroyable … il faut demander au agences regionales de financer les programmes profamille …..

JazzThings a demandé :
Je viens de faire l amère constatation des déformations et manipulation dans mes propos !! Honte à vous ! Ce qui est effrayant n est pas la schizo mais l IMAGE que vous en donnez dans cette déformation de ma question !
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
je suis desole on ne s’est pas bien compris excusez moi

SpeedNurse a demandé :
Le cannabis peut-il avoir un effet thérapeutique pour un schizophrène (calmer les hallucinations par exemple) ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
bonne question …… sujet tabou .. parfois oui peut etre

Melanieloukoom a demandé :
bonjour, j ai eu deux crises de schizophrénie en deux ans. Chacune venant à la suite de prises de drogue. Jai donc arrété toute consommation. Est il possible qu une crise apparaisse sans ce facteur??
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
malheereusement oui

micado30 a demandé :
J ai lu que les omega 3 jouait une rôle important dans la formation de notre cerveau. Aussi y a t-il des études qui montre une amélioration de la santé psychique avec la prise d omega 3, comme une amélioration des personnes schizophrène ou dépressives? Que savons nous a ce sujet aujourd hui?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
non

Jfred75 a demandé :
j ai été diagnostiqué scizophrène, agé de 37ans, sous zyprexa et seroplex, ,ça fait 10ans que ça dure.Pour me sortir de mon isolement je fréquente le milieu homosexuel, mes proches pensent que je m invente une vie,ont ils raison
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
si cela est bon pour vous non

caccini a demandé :
mon fils de 39 ans est maintenant sous léponex…vous dîtes que voir un psy aurait pu éviter de sombrer plus tard…que de regrets…l un de ses 2 frères le considère comme un fainéant, est dans le déni total, dit qu il est dépressif, que faire ? les réunions de famille sont source de stress pour mon fils malade car réflexions blessantes
Dominique Willard, psychologue a répondu :
renseignez vous un groupe ProFamille existe peut etre pres de chez vous , ProFamille s’adresse aux parents mais aussi aux freres et soeurs

volpa a demandé :
Bonjour, Le docteur Gernez parle d une production anormale de somathormone pour ce dysfonctionnement. Il préconiserait de soigner comme on le fait pour l acromégalie ou un flash irradiant de la glande hypophyse. Qu en est il?. Merci de la réponse.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est une enorme betise

seline1975 a demandé :
Vous dites que les meres ne sont pas responsables… or on constate quand meme que beaucoup sont perverses…
Dominique Willard, psychologue a répondu :
les meres ne sont pas responsables pas plus que les peres

zarco a demandé :
Pourquoi n avaient pas parler de la nouvelle molécule elaboré par les laboratoires Roche(phase 3 ) agissant sur la motivation. je prends ce traitement a l hopital de la conception à Marseille . Les résultats sont trés bons.
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
parceque nous n’avons pas le droit de parler de molecule en developpement

juliettevv a demandé :
est ce que la schizophrénie est reconnue comme un handicap? Y a t il une indemnité financiere?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
dans certaines formes on peut recevoir une allocation handicapé ou une invalidité

Mariecapucine a demandé :
mon fils ainé est schizophrene , j ai 5 autre enfant . Y a t il des risques qu il soient malade aussi ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
risque faible

zebullon a demandé :
je renouvelle ma question !! quand mon fils est sous risperdal il est très bien ,mais il arrête toujours son traitement disant qu il n est pas malade .Il n a plus d amis et ses frères et soeurs en ont assez depuis des années que cela dure.Pourquoi ne peut on pas l obliger à se soigner il a été interné 2 fois d office.C est l enfer actuellement il va tres mal alors que sous risperdal il est normal
Dominique Willard, psychologue a répondu :
Contactez le medecin qui s’occupe de lui et essayez de participer à 1 groupe de psychoéducation profamille

Paname75 a demandé :
Un patient bien traite peUt il prétendre a vivre normalement? Prpfessionnellemebt?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
oui

SpeedNurse a demandé :
C est quoi la remédiation ?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
la remediation cognitive permet d’améliorer les deficits cognitifs dus à la maladie

Domipointis a demandé :
la fondation fondamentale ne fait helas pas de formation pour les parents de bipolaires! Qui contacter?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
je suis desole je croyais qu’il faisait cela . dommage il y a encore bcp à faire … demandez qd même au centre de reference bipolaire de votre region si ils connaissent cela existe

Sandychou a demandé :
et l alcool a certainement les même vertu que la drogue, calmer les angoisses
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
cela peut mais à long terme c’est tres mauvais pour la santé avec les médciaments cela fait mauvais menage

Houta92 a demandé :
Schizophrènes = possédés? Pourquoi toujours balayer cette théorie?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
c’est une croyance que chacun à le droit d’avoir mais la médecine ne fonctionne pas sur des croyances

Sandychou a demandé :
l association profamille n existe pas depuis trés longtemps? J avais chercher des réponses à mes questions, de l aide et ne suis jamais tombée sur ce site web.
Dominique Willard, psychologue a répondu :
proFamille est developpé en France depuis 2006

sawsen aylie a demandé :
slt est ce ke la therapie de groupe peut aider un schizophrene
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
dans certianes situations oui tout depend de ce que l’on fait

JazzThings a demandé :
J ai l impression que lorsque la société changera son regard sur cette maladie, elle sera en bonne voie de guérison (suite de mon premier message).
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
il faut pour cela que les associations de personnes souffrant de maladie mentale lutte comme ds le sida

alexandramarine a demandé :
Les drogues favorisent la schyzo
Dominique Willard, psychologue a répondu :
la prise de drogue peut declencher la maladie

Melanieloukoom a demandé :
Est il possible d avoir une rechute quand toute prise de drogue est interrompue ?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
malheruesement des fois oui

marieso a demandé :
Comment fait-on en tant que professionnel de santé pour être formé au programme profamille? merci
Dominique Willard, psychologue a répondu :
contactez le reseau profamille nous avons notre congres en novembre à Lyon

peredu06 a demandé :
Pourquoi les malades traités autour de moi depuis des années ont-ils pris du poids et n arrivent pas à maigrir
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
cela est lié a bcp de choses : l’inactivité (marche 30 minutes par jour), l’alimentation (arret du cafe avec le sucre le coca etc ..) , l’ennui, la maladie, les traitements ….

31paulo a demandé :
Ma fille de 40 ans souffre de cette maladie et elle est dans le déni complet – comment en sortir ? et l aider à obtenir une reconnaissance?
Pr. Christophe Lançon, psychiatre a répondu :
parfois on est ds le deni .. pas seulement ds la schizophrénie … on en a assez du suivi etc.. ce qu’il faut c’est trouver une equipe avec qui on ne perde pas le lien et un traitement qui vous permette d’aller vraiment mieux et bien toléré

gigi31 a demandé :
je suis très dure avec mon fils schizo lorsqu il me demande de l argent, il m en demande souvent et je ne veux pas tjs céder! Ca le met très en colère. Le fait de le faire sortir de ses gong peut il aggraver la maladie et déclencher une rechute?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
Essayez de contacter l’hopital pres de chez vous ou 1 association comme l’UNAFAM pour savoir si Profamille existe pres de chez vous vous pourrez apprendre à mieux communiquer avec votre fils

oumia a demandé :
Les médicaments donnent ils du poids car j ai remarqué que ma soeur avait pris 20 kg en prenant ses médocs
Dominique Willard, psychologue a répondu :
certains medicaments peuvent faire prendre du poids ,c’est important d’en parler avec votre médecin et de consulter 1 nutritionniste

gigi31 a demandé :
Mais si on n a plus aucun signe c est que l on est guéri! si on dit a une personne qui n a plus aucun signe de la maladie qu il est tjs malade comment peut il s en sortir avec une telle étiquette?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
si on a plus aucun signe c’est super ,en quoi rester vigilent est 1 étiquette

laurent a demandé :
Comment peut on en guérir puisque vous dites que cela est possible
Dominique Willard, psychologue a répondu :
avec une prise en charge intégrée adaptée à son cas personnel

laurent a demandé :
Bonjour, Comment être certain que le diagnostic de schyzophrénie est le bon? Ma fille n a ni hallucinations auditives, ni hallucinations visuelles.Elle s est d abord repliée sur elle même et avait des jugements inadéquats par rapports à nos propos et nos comportements.Ell devenait agressive et mon mari ne supportait plus.Elle a été Hospitalisée plus d 1an.Si elle prend bien son Solian ça va.
Dominique Willard, psychologue a répondu :
toutess les personnes atteintes de schizophrénie n’ont pas de delire ou d’hallucinations ,il y a aussi les symptomes négatifs dont vous parlez

zebullon a demandé :
est ce une bonne idée si je demande à mon fils malade et dans le déni ,de regarder cette emission en replay .Est ce que cela peut lui faire tilt ou est ce à déconseiller
Dominique Willard, psychologue a répondu :
il peut la regarder mais ne changera pas d’avis pour autant puisque le manque d’insight fait partie de la maladie

Stella Cassiopée a demandé :
Pourquoi y a-t-il plus d hommes que de femmes schizophrènes ???
Dominique Willard, psychologue a répondu :
la maladie commence plus tot chez les hommes que chez les femmes

Melanieloukoom a demandé :
A qui s adresser quand il n existe pas de profamille? Existe til d autres associassions qui peuvent aider les familles?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
l’UNAFAM et SCHIZO?OUI! contactez l’hopital pour que des psychologues se forment et mettent en place 1 groupe dans votre région

Sandychou a demandé :
quel est le role d un(e) ami(e) pour une personne touchée par ce handicap?
Dominique Willard, psychologue a répondu :
vous pouvez aussi aller au groupe ProfAMILLE

enclos a demandé :
Mon fils est malade n accepte pas de traitement il est violent comment faire …..
Dominique Willard, psychologue a répondu :
CONTACTEZ LE CMP DONT VOUS DEPENDEZ

SpeedNurse a demandé :
Merci beaucoup pour ces réponses.
adminallodoc a répondu :
Le chat est maintenant terminé. Toute l’équipe d’Allodocteurs.fr vous remercie pour votre participation.
Prochain chat sur cancer : où en est la recherche ?, le 23 octobre de 15 h à 16 h.
En attendant, poursuivez la discussion sur notre forum et retrouvez Allodocteurs.fr sur Facebook et Twitter.

Allo docteur sur la schizophrénie aujourd’hui lundi 22 octobre 2012 à 14h35 sur France 5 suivi d’un « chat » sur Internet (posez vos questions à un psychiatre et un psychologue)

Page de l’émission « Allo docteurs » sur www.france5.fr pour poser des questions à Marina Carrère d’Encausse, Michel Cymès et leurs invités.

le chat sur www.allodocteurs.fr sur la schizophrénie pour poser des questions à un psychiatre et à un psychologue ou lire leurs réponses.

réponse à l’émission d’ASI sur la dépénalisation du cannabis

ne niez pas la toxicité du cannabis mais ne stigmatisez pas les schizophrènes qui seraient toujours violents

Introduction de l’émission :

A propos, que sait-on, scientifiquement, de la nocivité du cannabis ? Etrangement, en regardant la télévision et en lisant les journaux, un débat contradictoire et serein sur ces sujets semble impossible à tenir dans les médias français. Nous tentons de démontrer le contraire dans notre émission. Sur notre plateau, Jean Costentin, pharmacologue, membre de l’Académie de médecine, adversaire de la dépénalisation, et Marc Valleur, médecin-chef de l’hôpital Marmottan à Paris, spécialisé dans le traitement de toutes les addictions.

Droit de réponse :
Je suis diagnostiqué schizophrène.

Encore une émission qui stigmatise les schizophrènes en insistant sur leur dangerosité (c’est pas la première émission qui fait ça et pas la pire).
La grande majorité des schizophrènes n’est pas dangereuse et quand les schizophrènes sont dangereux ils le sont d’abord pour eux même (auto-mutilation, suicide…).

Témoignage personnel : je n’ai jamais fumé de cannabis et pourtant je suis devenu schizophrène.

Une bonne partie de mes connaissances qui sont aussi schizophrènes ont été des petits ou gros fumeurs de cannabis avant de devenir schizophrène.

La théorie des schizophrènes qui fument du cannabis pour avoir du plaisir et oublier la maladie me semble « fumeuse » pour ainsi dire.
Peu de mes connaissances schizophrènes fument du canna par plaisir. Ils fument par addiction.
Et personnellement ce n’est pas parce que je suis schizophrène que ça me donne envie de fumer du cannabis.

Quand à légaliser le cannabis et l’interdire au moins de 18 ans, je rigole. Dans tous les bureaux de tabac les buralistes vendent du tabac aux mineurs.
Ca sera pareil dans les « Cannabistrots »/Coffee shop.

J’ai trouvé le débat et l’animation du débat biaisée (pro-abolition de la loi de prohibition) comme souvent :
– politesse avec l’abolitionniste de la prohibition du cannabis et questions sympa et DS lui laisse finir ses réponses sans le reprendre
– recherche de la contradiction et parole coupée au médecin Mandarin pour la prohibition du cannabis.

Sinon, débat globalement intéressant avec enfin des médecins (les 2 médecins sont intéressants) et pas des politiciens qui cherchent à faire peur (prohibitionnistes) ou à faire plaisir (abolitionnistes écolos bobos).

L’émission est en accès payant sur
Arrêt sur Images.

article d’ASI sur les liens entre cannabis et schizophrénie

Risque réel. Une étude publiée en 2011 à Londres par le British Medical Journal et relayée ici par l’AFP, précise que les adolescents et les jeunes adultes consommateurs de cannabis ont davantage de risques de souffrir de troubles psychotiques que ceux qui n’en consomment pas. Des experts allemands et néerlandais ainsi que ceux de l’Institut de psychiatrie de Londres ont suivi 1900 personnes âgées de 14 à 24 ans pendant huit ans. L’étude a montré que ceux qui avaient commencé à consommer du cannabis après le début de l’étude et ceux qui en avaient consommé avant et après avaient davantage de risques de souffrir de troubles psychotiques que ceux qui n’en avaient jamais consommé. « La consommation de cannabis constitue un facteur de risque de développement de symptômes psychotiques », conclut l’étude.

Une précédente étude publiée en 2007 dans la revue scientifique The Lancet faisait état d’une augmentation du risque de schizophrénie d’environ 40 % chez les consommateurs de cannabis. Selon les chercheurs, ce risque augmenterait avec l’intensité et la durée de la consommation – de 50 % à 200 % pour les gros utilisateurs. Toutefois, les auteurs de ce travail n’ont pas pu démontrer de relation directe de « causalité entre la consommation de cannabis et les affections psychotiques », précise Le Monde, qui relaye l’article. Ils soulignent aussi que s’ils observent bien une augmentation du risque, la fréquence de ces affections, notamment sous forme chronique comme pour la schizophrénie, demeure relativement faible chez les consommateurs réguliers. Michel Reynaud, addictologue (CHU Paul-Brousse) précise au Monde que la fréquence de la schizophrénie dans la population reste constante, alors que la proportion de fumeurs decannabis ne cesse de grimperélément qui relativise cette étude.

Un rapport réalisé pour l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) en 2006 fait état aussi de risques de schizophrénie. Hélène Verdoux, chercheuse à l’Inserm, cite des études conduites dans plusieurs pays européens qui ont montré que l’usage de cannabis augmente le risque de schizophrénie, d’autant plus important ‘ »si l’usage de cannabis débute à l’adolescence’« . Pendant longtemps, on a constaté que l’usage de cannabis était plus fréquent chez les personnes atteinte de schizophrénie, en l’expliquant par une auto-médication des patients, qui soulageait leur mal-être avec du cannabis, explique-t-elle. Mais maintenant, il est avéré que le cannabis a pu être à l’origine de leurs troubles schizophréniques.

Une émission sur la psychiatrie et une émission sur la psychanalyse (radio France Culture)

page de l’émission de France Culture sur le service de psychiatrie de l’hôpital de Genève.

la Suisse a eu cette « Belle Idée » – c’est le nom de l’hôpital – de recruter les jeunes internes en médecine non sur classement à un concours national – comme en France -, mais sur lettre de motivation et entretien avec le médecin-chef.
D’où vient cette «motivation» ? Résonne-t-elle avec des trajectoires personnelles ? Quel est le rapport au monde des soignants en psychiatrie ?
Nous avons poussé la porte, toujours fermée, de l’unité d’admission en Psycho-Gériatrie de l’Hôpital Belle-Idée de Genève. Et nous leur avons demandé pourquoi ils avaient choisi ce métier.

Avec :
les soignants et les patients de l’unité Maïs ;
et le Professeur Giannakopoulos, chef du département de santé mentale et psychiatrie de l’Hôpital Belle-Idée de Genève, en charge du recrutement des médecins

page de l’émission de France Culture sur de jeunes psychanalystes.

commentaire personnel
entendre des psychanalystes chier sur la psychologie et les psychothérapies quand on connait la scientificité et l’efficacité de leur discipline prête à rire.
Et assimiler les psychothérapies à du « coaching » est jouissif dans leur bouche de charlatans.

Ygal Amir qui a assassiné le Premier Ministre Yitzhak Rabin n’est pas « fou » ni psychopathe

At his trial, the court accepted evidence from three forensic psychiatrists that Yigal Amir was not suffering from mental illness or indeed any other mental disorder (Zabow, personal communication, 2000).

No factor of mental illness in the perpetrator.

In March 1996, he was convicted of murder and sentenced to life imprisonment.

http://pb.rcpsych.org/content/26/4/143.full

Its absence bespeaks a deeply disturbed personality. That is the most blatant trait of psychopaths, who are often clever, charming, and popular. Yet punishment does not deter them, and they never express regret. Is Yigal Amir a psychopath? The court psychiatrists who examined him pronounced that he is not. Raised in a cohesive family, he fitted well into social frameworks in school, volunteer groups, and the army. At the university he was an outstanding peer leader. He is a most unusual phenomenon, but then so is political assassination.

Sur le même sujet

émission télé ce dimanche soir sur Alain Kernoa, meurtrier qui a eu une enfance heureuse. Loin des clichés selon lesquels tous les meurtriers sont schizophrènes.

Inauguration du premier SAMSAH parisien pour personnes handicapées psychiques à Paris 18ème le jeudi 18 octobre

Vivre chez soi malgré la maladie mentale est le souhait de beaucoup.
Le SAMSAH de l’ŒUVRE FALRET, premier Service d’Accompagnement Médico-social pour Adultes
Handicapés psychiques dans Paris, apporte l’assistance nécessaire pour réussir à « bien vivre » seul sans
s’enfoncer dans l’isolement.

Ouvert fin 2010, le SAMSAH était jusque-là inexistant à Paris dans le champ du handicap psychique.
Ce service innovant s’adresse à quarante adultes vivant chez eux ou sortant de l’hôpital pour qui la vie au domicile
requiert un accompagnement. L’année 2011 a marqué la continuité de « l’ouverture » et du « développement » de
ce service ; 2012 est l’année de son fonctionnement et de son inauguration.
Le projet du SAMSAH vise la continuité des soins et la (ré)intégration ou le maintien de la personne dans son espace
de vie, plus généralement dans la Cité.
Par la pluridisciplinarité de son équipe et les connaissance cliniques dans le champ de la santé mentale de certains
de ses membres, il est une réelle alternative à l’institution. Ce service assiste la personne dans les actes essentiels
de la vie quotidienne ; il travaille à favoriser la restauration des liens familiaux, sociaux et l’accès à l’ensemble des
services offerts par la collectivité.
Avec des visites au domicile régulières, il permet une vigilance quotidienne et anticipe ainsi les risques de
dégradation de santé, courants chez la personne handicapée psychique quand elle n’est plus en milieu hospitalier.

Une présence régulière pour aider la personne à conserver son indépendance
Après une longue hospitalisation, Madame P. a bénéficié de ce service pour retourner vivre chez elle.

L’équipe soignante a fait appel au SAMSAH pour préparer le retour à domicile et éviter qu’elle ne reproduise son expérience passée ; elle s’était mise en danger, vivant recluse chez elle sans s’alimenter.
Pendant deux mois, il a fallu à Madame P. réapprendre progressivement les actes de la vie quotidienne tout en réaménageant son habitation. Maintenant qu’elle a réintégré son appartement, le SAMSAH continue à
l’accompagner dans la réappropriation de son « chez soi » ; il veille à ce qu’elle ne rompe pas avec le suivi médical extérieur et les services indispensables à son maintien à domicile, comme l’aide ménagère ou le portage de repas.
Il travaille aussi à faire naître chez elle l’envie et le courage de participer à ses ateliers collectifs pour tisser des liens avec d’autres personnes accompagnées, elles aussi isolées.

Quelques chiffres sur la Santé Mentale en France
• 1 Français sur 5 est atteint d’une maladie psychiatrique (contre 1 % pour le cancer) (1)
• 2ème rang des causes mondiales de handicap (2)
• 12 000 suicides sont répertoriés chaque année en France et 58 000 en Europe. Au niveau européen, le nombre de suicides est supérieur au nombre de décès consécutifs aux accidents de la route (3)
• En France, les maladies psychiatriques constituent le 2ème motif d’arrêt de travail et la 1ère cause d’invalidité (4)

Elles représentent un dixième des dépenses de santé et occupent le 1er poste de dépense hospitalière

Un accès aux soins insuffisant
• Retard au diagnostic (jusqu’à 10 ans après les premiers symptômes)
• Absence de diagnostic des pathologies associées
• Recours fréquents aux hospitalisations sous contrainte, trop souvent en urgence

Un déficit d’investissement dans la recherche
Seulement 2 % du budget de la recherche biomédicale publique et privée (contre 20 % pour le cancer) (6)

(1) Eur Neuropsychopharmacol 2005 (2) OMS, 2002 : World Health Report (3) Plan National du cerveau et des maladies du système nerveux 2007 – Commission Européenne et Direction générale Santé & Protection des Consommateurs 2005 (4) Caisse Nationale d’Assurance Maladie, 2004 (5) Institut de Recherche
d’Etude et de Documentation en Economie de la Santé 2003 (6) Etude FondaMental, IRDES,URC Eco Ile de France 2009

Des préjugés
47 % des français associent les maladies mentales à des dénominations négatives : débile, attardé, aliéné, dément…

Une « acceptation sociale » différenciée selon la maladie
• 74 % des Français considèrent qu’un schizophrène représente un danger pour lui-même ;
• 65 % pour les autres (alors même que les chiffres sont là : seulement 0,2 % des patients atteints de schizophrénie peuvent potentiellement être dangereux pour les autres).
En revanche, le taux d’« acceptation sociale » est plus élevé pour les autres maladies.

Le tabou

Les Français ont encore du mal à dire qu’ils sont, eux-mêmes, atteints d’une maladie mentale (ils sont seulement 5 % à déclarer être ou avoir été atteint d’une maladie mentale) mais ils sont, en revanche, 62 % à considérer qu’ils pourraient un jour être atteint d’une maladie mentale.

Un défi de santé publique
Les Français estiment en effet à 27 % la part de la population française qui a été, est ou sera un jour touchée par une maladie mentale.
C’est le chiffre officiel de la prégnance de la maladie au niveau européen !

Un déficit d’information regretté
Un déficit d’information nourrit les doutes sur l’efficacité des traitements et la performance de la recherche.
2/3 des Français s’estiment insuffisamment informés, et ce quel que soit le canal.

Sources : PERCEPTIONS ET REPRESENTATIONS DES MALADIES MENTALES
Enquête menée par Ipsos Public Affairs pour FondaMental, dans le cadre des Rencontres de Fondamental – Palais du Luxembourg, Paris, 4 et 5 juin 2009

Définitions : Handicap psychique, souffrance psychique
Le handicap psychique vient reconnaître les incapacités résultantes d’une pathologie mentale avérée, c’est-à-dire diagnostiquée et confirmée.

Ces maladies au long cours, avec leurs différentes phases (crise, stabilisation et parfois rémission) génèrent des insuffisances et un désavantage que l’on peut définir comme le handicap psychique.
Ce handicap ne doit pas être confondu avec le handicap mental, conséquence d’une déficience innée (déficience intellectuelle, maladie génétique, trisomie 21 etc.)

La loi du 11 février 2005 définit le handicap dans son article 2, comme « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie par une personne dans son environnement en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques (…) ».
La prise en compte de la dimension psychique dans cette définition très large du handicap englobe ainsi toutes les personnes souffrant de troubles psychiques avec des répercussions dans les activités quotidiennes (scolarité, formation, activités professionnelles et/ ou activités sociales et citoyennes compromises) et des conséquences sociales (isolement, stigmatisation, risque de marginalisation) accentuées par un diagnostic souvent tardif et une difficulté à comprendre les manifestations de cette souffrance (handicap non visible).
Dès lors, « La recherche d’un état de santé mentale ne se réduit pas à une approche psychiatrique mais suppose aussi une approche médico-sociale » explique Edouard Bertaud, psychologue à l’ŒUVRE FALRET.

Sources : Journal de l’Action Sociale – Février 2010 – n°144